Robert DenoŽl, éditeur

2019

Janvier

 

Le 25 : vente aux enchères à l'Hôtel Drouot de la collection François Billetdoux, où figurent des lettres de Céline à Théo Briant, Lucien Descaves ou Charles Deshayes : la plupart ont déjà subi le feu des enchères.

Curieusement, le même jour, a lieu une vente indicible où l'on trouve la plupart des livres de Céline, non pas dédicacés, mais signés. L'expert a prudemment fait suivre leur description de ce commentaire : « Signature autographe non garantie ».

C'est une vente « en ligne », où chacun peut déposer son enchère. Il faut dire que ces volumes reliés en toile quelconque, sans leurs couvertures, et avec des signatures douteuses, n'avaient pas grand'chose à voir avec les ventes prestigieuses où le moindre document se négocie à plus de 2 000 euros.

    

Je ne sais pourquoi, j'ai trouvé cette vente dérisoire assez rafraîchissante. On y trouve des enchères de 24 euros pour Bagatelles pour un massacre, de 13 euros pour Mea culpa, de 12 euros pour Les Beaux draps, de 10 euros pour L'Eglise, et tout à l'encan. Une enchère de 6 euros a été déposée pour un lot de 8 photos représentant Céline et Paraz à Meudon, en retirages récents, il est vrai. Une vente pour « gilets jaunes », en somme.