Robert DenoŽl, éditeur

1918

 

 

La famille Denoël au grand complet.

Autour de Jeanne et Lucien Denoël sont réunis :

- Marie, née à Mons le 29 juillet 1896

- Jean, né à Ixelles le 15 mars 1898

- Charles, né à Ixelles le 19 février 1899

- Magdeleine, née à Ixelles le 22 avril 1900

- Paul, né à Ixelles le 23 juillet 1901

- Robert, né à Uccle le 9 novembre 1902 [debout, 2e à gauche]

- Lucienne, née à Uccle le 10 mars 1904

- François, né à Uccle le 30 juillet 1905

- Jeanne, née à Uccle le 29 avril 1907

- Marguerite, née à Uccle le 28 mai 1908

- Lucien, né à Liège le 20 décembre 1909

- Pierre, né à Liège le 17 janvier 1911

- Suzanne, née à Liège le 1er mars 1912

- Albert, né à Liège le 30 octobre 1914

- Marie-José, née à Liège le 19 juin 1916

- le chien Widdy

 

Sept filles et huit garçons, auxquels il faut ajouter deux autres enfants, inconnus des registres de population liégeois : Isabelle, née le 6 août 1913, qui doit être morte peu après sa naissance, et une sœur jumelle de Marie-José, mort-née le 19 juin 1916.

La prolificité du professeur Denoël était, à l'université de Liège, un sujet de chansons cocasses, comme le rappelle, dans ses Entretiens avec L.-F. Céline, Robert Poulet, qui fut l'un de ses élèves : « Et nous les étudiants, chantions à tue-tête, blaguant la fécondité de ce vieillard irritable :

« Je mène balader mes enfants

Au printemps

C'est moi qui les fais téter

En été,

J'leur sers de nurse et de bonne

En automne,

J'les préserve des courants d'air

En hiver,

J'augmente ma p'tite collection

En toutes saisons. »

 

        Le professeur Lucien Denoël caricaturé en 1914 par Jacques Ochs

 

A la même époque, l'hygiéniste Louis Destouches fait, avec la « Mission Rockefeller contre la tuberculose », des conférences en Bretagne en compagnie de son ami Albert Milon, le futur Branledore de Voyage au bout de la nuit :

   

   L'Ouest-Eclair de Rennes,  19 mars et 1er avril 1918