Robert Denoël, éditeur

Fiches bibliographiques

ID : 838

Auteur : Cingria, Charles-Albert.

Titre : Le Comte des formes

Editeur : Librairie des Trois Magots, Robert Denoël éditeur

Année d'édition : 1939

Lieu d'impression : Abbeville

Imprimeur : Imprimerie Paillart

Achevé d'imprimer : 22 juin 1939

Format : 19 cm

Nombre de pages : 80 p.

Illustrations :

Couverture : jaune imprimée en noir et décorée en rouge

Collection :

Numéro dans la collection :

Prix de vente :

Catégorie :


Commentaires

Dépôt légal s.d. [BnF : 8° K 7453]

Sur l'ex. de la BnF, avant "Librairie des Trois Magots", figure : "Société Les Amis de C.-A. Cingria". Selon la notice de la BB suisse de Vaud : "Le nom de l'éditeur est imprimé sur la 3e de couverture". Selon un libraire suisse, le nom de l'éditeur se trouve bien en 3e de couverture mais sous la forme d'un tampon encreur apposé à l'encre rouge

Tirage limité à 225 exemplaires dont :

* 10 japon num. 1-10

* 15 hollande num. 11-25

* 200 alfa num. 26-225

« Vient de paraître » :

* dans L'OEuvre du 16 juillet 1939

* dans La Justice du 19 juillet 1939

Version remaniée de L'Eau de la dixième milliaire paru chez Mermod en 1932

L'auteur [Genève 10 février 1883 - 1er août 1954]

« Optimiste, le poète Aloÿs-Jean Bataillard fonda en 1939 la société "Les Amis de C.A. Cingria" – domiciliée à la Librairie des Trois Magots (Paris VIIe) – pour rééditer quatre ouvrages de leur ami, à raison d'un tous les trois mois. Cingria ayant regagné la Suisse à la déclaration de guerre, on devine que seul le premier volume, Le Comte des Formes paru en juin, a vu je jour. Si l'on peut dire, car Cingria écrivit un jour au poète Georges Hugnet : «C'est introuvable, l'édition ayant été volée et le papier retourné à la pâte». Le comte des Formes est la reprise de L'eau de la dixième milliaire, remanié certes, mais sans cesser d'être les Pages sur Rome annoncées par son premier sous-titre. Aussi s'ahurit-on de lire dans le prospectus des "Amis" et sous la plume même de l'auteur que Le Comte des Formes serait «sur la majesté des arbres weimariens, au temps de J.-S. Bach».»